Fonds bibliothèque CIRA-Marseille

suite des acquisitions récentes


Causeries

Octobre-B-Brami


Chatte libertaire

AGENDA

19 septembre 2019 à 19h

Marseille (France) – Présentation du livre « Contre le fascisme », avec Miguel Chueca

Local de Solidaires 13, 29 Boulevard Longchamp, 13001 Marseille

De l’Italie de l’après-guerre à l’Espagne de la guerre civile, Camillo Berneri (1897–1937) a lutté contre le fascisme jusqu’à son assassinat à Barcelone au cours des journées dramatiques de mai 1937. Commandé par l’urgence d’une époque de terreur, ce combat s’inscrit dans l’un des plus singuliers parcours du mouvement anarchiste de l’entre-deux-guerres. Rarement l’exigence de vérité et la recherche d’une action politique concrète auront été à ce point poursuivies ensemble. Intellectuel rigoureux, parfois même intransigeant, Berneri sut comme peu d’autres concilier l’objectif de transformation révolutionnaire et le pragmatisme dans la recherche des alliances, y compris au-delà du mouvement anarchiste. Avec son acharnement à bousculer les évidences et à dépasser les contradictions, sa pensée reste l’une des plus riches que cette période ait produites. Malgré sa vigueur et sa portée, son œuvre est pourtant encore très mal connue en France. La plupart des textes de ce recueil sont inédits en français. Lire la suite

Miguel Chueca est déjà le maître d’œuvre chez Agone des recueils Déposséder les possédants. La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire et L’Action directe et autres écrits syndicalistes d’Émile Pouget.

Florence 2019

Du 20 au 22 septembre 2019

Firenze (Italie) – IX° Vetrina dell’editoria e delle culture anarchiche e libertarie

Hall du théâtre Tuscany, via Fabrizio De André

L’événement organisé par l’Ateneo Libertario di Firenze, (Italie) aura un caractère international et accueillera des éditeurs et des auteurs anarchistes et libertaires. Outre la présentation des livres, l’espace est ouvert aux périodiques et à la presse sous toutes ses formes : expositions, audiovisuels, arts graphiques…

Comme les autres années, il y aura des débats, des rencontres de toute sorte et des représentations théâtrales et musicales.

info : vetrinalibertaria@inventati.org

Le CIRA-Marseille sera présent avec une table de presse.

Fioire du livre anarchiste 2019 Marseille

Du 21 au 22 septembre 2019

Marseille (France) – FOIRE DU LIVRE ANARCHISTE

Deux jours pour se retrouver autour de l’anarchisme et de ses propositions, pour les discuter et les approfondir; autour des livres et de notre presse, témoins de notre patrimoine révolutionnaire, et autour des nouvelles étincelles de papier, prêtes à incendier ce présent tiraillé entre la résignation profonde et la rage occasionnelle.

Deux jours et une foire du livre anarchiste, libre de compromis commerciaux et institutionnels.

Deux jours trempés d’idées en liberté, loin des anciens et des nouveaux bergers des masses, loin des anciens et des nouveaux suiveurs de troupeaux. Car tout est toujours possible pour celui qui, entre la tension individuelle et la transformation sociale, se sent un individu en lutte réussissant à fusionner les idées et la pratique.

Pour le programme complet : https://foireanarchistemarseille.noblog.org

Contact : foireanarchiste2019@riseup.net

Le CIRA-Marseille sera présent avec une table de presse.

Ries-2019

26 au 29 septembre 2019

Liège (Belgique) – Rencontres internationales de l’écologie sociale

Avec sa multitude de projets écologiques et solidaires déjà existants, Liège est un terrain fertile pour les graines de l’écologie sociale. En tant qu’habitant·e·s de cette ville, nous avons eu envie de nous retrouver pour nous organiser et y accueillir, après Lyon et Bilbao, les Troisièmes Rencontres internationales de l’écologie sociale (IIIᵉ RIES) inspirées par la pensée de Murray Bookchin.
Nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux à chercher une voie pour dépasser ensemble un système capitaliste toujours plus autoritaire et destructeur. Ces rencontres seront un moment pour penser l’organisation et l’échange entre des personnes et des groupes qui se sentent concernés par la transformation de la société.
La raison de ces rencontres: repenser notre modèle de société
La logique capitaliste de marché et de profit intoxique l’ensemble de notre société, entraînant souvent la destruction des liens sociaux et des écosystèmes. La soumission au capitalisme, garantie par les gouvernements en place et par le système économique qui se base sur la compétition et la croissance continue, entretient des conflits armés et met en danger la vie sur notre planète.
Étant donné la profonde influence du capitalisme sur le fonctionnement de nos sociétés, des réformes politiques, économiques ou sociales partielles se révèlent insuffisantes, voire inutiles. Un bouleversement radical des structures actuelles et de notre façon de penser et d’agir est nécessaire. Les questions suivantes se posent alors : «Que faire ?», «Vers où aller ?».
Qu’est ce que l’écologie sociale?
À travers une analyse des mouvements révolutionnaires et de l’histoire, l’écologie sociale articulée par Murray Bookchin offre des perspectives et des outils pour une société libre: l’autogestion politique et économique, la démocratie directe avec des communes qui travaillent ensemble dans une confédération. Aujourd’hui plusieurs expériences réelles montrent qu’une organisation selon les principes politiques de l’écologie sociale est possible, tels le confédéralisme démocratique au Rojava (Kurdistan) ou les communautés zapatistes au Chiapas (Mexique). En Europe, des luttes exemplaires marquent une volonté de tendre vers ce type d´organisation comme les Gilets Jaunes de Commercy qui ont mis en place une assemblée populaire, revendiquée comme base au municipalisme libertaire ou la ZAD à Notre-Dame-des-Landes.
Rejoignez nous!
Ce n’est que collectivement que nous pouvons construire une société moderne, libre et écologique. Personne ne va le faire à notre place.
Nous vous invitons à nous rejoindre à Liège du 26 au 29 septembre 2019 pour des conférences/débats/ateliers/concerts/repas/noubas/ (…) afin de réfléchir ensemble pour mettre en route le mouvement !

Salon du livre libertaire

28 septembre 2019

Cluny (France) – Salon du livre libertaire

9h-19h / Salle des Griottons

Le salon du livre libertaire organisé par la CNT 71, le groupe libertaire 71 et la Vache Noire aura pour thème “Normer, Surveiller, Punir ». Une discussion-débat aura lieu en présence des collectifs Écran Total, Faut pas Pucer ou Hors Normes.

Programme :

10 h. 30

Yves Meunier : « La Bande noire »(éd. l »Échappée)
11 h.

Lecture de David Rougerie
14 h. 

Aurélie Carrier : « Le grand soir », Voyage dans l’imaginaire révolutionnaire et libertaire de la Belle Époque. (éd. Libertalia)
15 h.

Guillaume Davranche : « Trop jeunes pour mourir »(éd. Libertalia)
16 h.

Forum sur les résistances actuelles

film-documentaire de Pierre Guérinet, Faites sortir l’accusé , relatant l’élimination sociale d’un prisonnier.

Fred Alpi, lui, viendra raconter en chansons ses cinq années passées à chanter dans le métro.

Entrée libre/ Buvette

Le CIRA-Marseille sera présent avec une table de presse.

amies-de-May-Centre-F-Pelloutier

27, 28 & 29 septembre 2019

Saint-Nazaire (France) – Inauguration du local « Les Ami.es de May & le centre F.Pelloutier

25 boulevard de la Renaissance

Il manquait un lieu pérenne d’auto-organisation sur St-Nazaire, en voilà un!!! Après un an de travaux, de réunions, nous vous convions du 27 au 29 septembre pour soutenir son ouverture, échanger sur son fonctionnement et bien sûr pour faire connaissance.
Le centre Fernand Pelloutier, a pour but de favoriser des rencontres, des initiatives, des débats, des échanges pour construire un autre rapport à l’autre au travers d’activités collectives s’inscrivant dans l’éducation populaire.
Le local est ouvert à toutes personnes, collectifs, dans la mesure où celleux-ci s’engagent à respecter la charte du lieu – en gros l’autogestion et le combat contre toutes les formes de discrimination. C’est en outre un outil des luttes sociales, pour s’organiser, s’informer et lutter contre toutes les violences de ce monde.
L’association Les ami(e)s de May a pour fonction la gestion, la maintenance et l’animation du local. Elle porte le nom de May Piqueray, militante anarchiste et humaniste, en référence à son combat anti-militariste et anti-capitaliste
Contact : lesamiesdemay(at)riseup.net

AAEL-2019

12 octobre 2019

Toulouse (France) – Anarphabète

Hangar de la Cépiere – 8 rue de Bagnolet 31100

Éditions libres, différentes, associatives, alternatives, critiques…

10h – Ouverture

10 à 17h – Présentation des livres,

18h – projection du film : LE SENS DE L’EFFORT

19h – discussions, apéro…

Les-En-dehors-2e-edition

18 octobre 2019

Marseille 13001 (France) – Présentation du livre Les En-dehors par Anne Steiner

19h à la librairie l’Hydre aux mille têtes – 96 rue Saint- Savournin

Ils ont vingt ans en 1910 et se définissent comme des « en-dehors ». Refusant de se soumettre à l’ordre social dominant, ils rejettent aussi tout embrigadement dans les organisations syndicales ou politiques. Pour eux, l’émancipation individuelle doit précéder l’émancipation collective.Leur refus des normes bourgeoises, comme des préjugés propres aux classes populaires, les conduit à inventer d’autres relations entre hommes et femmes, entre adultes et enfants, et à développer un art de vivre transgressif. Leur refus du salariat les conduit à expérimenter la vie en communauté et à inventer d’autres modes de consommation, mais aussi à emprunter la voie de l’illégalisme – dont le périple tragique de la « bande à Bonnot » est la plus célèbre illustration. En révolte contre sa famille, Rirette Maîtrejean, arrivée à Paris à l’âge de seize ans, devient l’une des figures de ce milieu. Son parcours sert de fil conducteur à ce passionnant récit. À ses côtés, nous découvrons tous les acteurs de cette épopée anarcho-individualiste qui ont expérimenté ce précepte de Libertad : « Ce n’est pas dans cent ans qu’il faut vivre en anarchiste ». Exigence que plus d’un paya de sa liberté et même de sa vie.

joan_jorda

Du 22 juin au 9 novembre 2019

Carcassonne (France) – Joan Jordà, un peintre libertaire de 1936 à aujourd’hui

Maison des mémoires de l’Aude, 53 rue de Verdun, Carcassonne-11000

Né à San Feliu de Guixols (Catalogne, Espagne) en 1929, il connaît à 10 ans la Retirada, l’exil de milliers de républicains espagnols qui subiront les mitraillages de l’aviation franquiste, les privations, les camps français, le déracinement… Après être passé par plusieurs camps, il s’installe définitivement à Toulouse en 1945. Peintre autodidacte, au fil des années il a créé une œuvre de grande valeur artistique. Sa peinture témoigne d’une engagement contre la violence et les aberrations des pouvoirs totalitaires qui ont bouleversé sa vie. « Bombardements » (1980), « Ménines » (1987), « Majas », « Masques et Visages » (1991), « Personnages cloués », « Corridas », « Egorgeurs » (1998) autant de séries qui jalonnent sa vie d’artiste où violence, déchirement et souffrance sont omniprésents. Seule la thématique des « Nageurs » commencée en 2000 et toujours en exploration semble marquer un apaisement. Lire: Le peintre Joan Jordà raconte sa Retirada

Félix Fénéon peint par Paul Signac

Du 28 mai au 29 septembre 2019

Paris (France) – Félix Fénéon (1861-1944)

Les arts lointains

Les musées d’Orsay et de l’Orangerie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac et The Museum of Modern Art, New York, rendent pour la première fois hommage à Félix Fénéon (1861-1944), acteur majeur du monde artistique de la fin du XIXe siècle et du tournant du XXe siècle. Anarchiste, directeur de revues, marchand d’art, prodigieux collectionneur, Fénéon a défendu une vision décloisonnée de la création au moment du basculement de l’art vers la modernité et œuvré pour la reconnaissance des arts extra-occidentaux. …. Lire la suite

Le bulletin n° 45 du CIRA-Marseille – printemps 2019.

Bulletin-Couv-N°-45-1

Il y a 80 ans, en février 1939, près de 500 000 Espagnol·e·s, se réfugient en France. C’est la Retirada, la retraite devant les troupes nationalistes du sinistre Franco. Enfants, femmes, vieillards, civils, militaires, républicains, anarchistes, communistes, paysans, ouvriers, originaires de Catalogne, d’Aragon ou du Levant, ils fuient car ils savent que la répression nationaliste sera terrible.

Ils et elles pensaient que la France, réputée être le pays des droits de l’Homme les accueillerait sans problème. Que nenni ! La frontière sur laquelle s’entassaient les réfugiés demeura fermée pendant plusieurs jours. Une fois ouverte, rien n’étant prévu, une partie des réfugiés sont entassés dans des camps de concentration sur les plages du Roussillon : Argelès-sur-Mer, Saint-Cyprien, Le Barcarès. Les conditions y sont lamentables : on y meurt de froid, de faim, de dysenterie. Les réfugiés doivent y construire eux-mêmes leurs baraquements.

Aujourd’hui la France est toujours aussi « accueillante » avec les réfugiés venus du Proche-Orient ou d’Afrique : Jungle de Calais, refus d’accueillir les bateaux des ONG, camps de rétention, expulsions…

Parmi les réfugiés de 1939, se trouvait une enfant de 5 ans : Azucena Rubio. Ce sont ses souvenirs que l’on va lire ici. Elle se souvient parfaitement de la Retirada et des années difficiles d’exil qui suivirent. Ses parents étaient des militants anarchistes. Elle est restée fidèle à leurs idées. Dès 1946, à Paris, elle fréquente le local de la CNT et milite dans les rangs de la Fédération ibérique des jeunesses libertaires (FIJL). Pendant plusieurs années, elle s’occupe de son journal CRISOL. Des années plus tard, on la retrouve active au CIRA de Marseille. Elle s’est aussi investie dans la troupe du Théâtre rural d’animation culturelle (TRAC) de Beaumes-de-Venise (Vaucluse). Elle a notamment organisé pour cette troupe, une tournée en Espagne, jouant pour la première fois Révolte dans les Asturies d’Albert Camus.

Pour des raisons de santé, elle a quitté la Provence pour la Bretagne. À peine arrivée, toujours dynamique à 84 ans, avec d’autres acteurs locaux, elle fonde une université populaire dont les premières causeries ont pour thème l’anarchisme.

Ce bulletin est envoyé gratuitement aux adhérent.e.s. Son prix de vente est de 5,50 €, plus 3,50 € de frais de port.


Filmographie 2019

La représentation des anarchistes au cinéma et en littérature a toujours été intéressant dans la manière dont le mouvement est perçu de l’extérieur, mais aussi en ce qui concerne l’attractivité des idées anarchistes pour de nouvelles générations de militant.e.s. En cela elles constituent une continuation de la représentation des mêmes anarchistes, « anarcho-autonomes » et autres par les médias d’information. Lire la suite

Livres, Journaux & Revues

Les livres et revues des listes qui suivent sont manquants dans notre bibliothèque et nos archives. Nous aimerions pouvoir les proposer à nos lectrices et lecteurs . Aussi, si vous les avez chez vous et que vous ne les lisez plus, nous les recevrons avec grand plaisir. Nous pouvons vous rembourser les frais de port. La liste est consultable ici

Respire