LETTRE GIMÉNOLOGIQUE mai 2024

QUEROL : La Guerra Civil a la Cerdanya (1936-39)

Revista Cultural de l’Associació Grup de Recerca de Cerdanya. N° 34. Printemps 2024.
Ouvrage très riche composé d’une CHRONOLOGIE de Joan Peitx et de maints articles, avec un entretien donné par Agustin Guillamon et Antoni Gascon sur Antonio Martin Escudero, anarchiste de Puigcerda, assassiné en 1937: “ERC va fer la llista dels que havien de ser afusellats el 9 de setembre al Còrrec del Gavatx”.

http://gimenologues.org/spip.php?article1097

Entretien inédit de Luis Andrés Bredlow réalisé en 1995

Nous profitons de l’occasion de la parution des Essais d’hérésie

de Luis Andrés Bredlow aux éditions Crise & Critique, pour publier la traduction que nous avons reçue d’un entretien inédit datant de 1995 et présenter brièvement cet auteur.

« D’utopie, en vérité, il n’y en a qu’une, la leur, l’utopie capital comme disait le poète Cesarano : l’aspiration à un ordre parfait, toujours futur, pour lequel il faut sacrifier le présent (…).
On ne peut plus attaquer le Capital sans attaquer en même temps, et dans le même acte, le travail lui-même… » concluait Luis.

http://gimenologues.org/spip.php?article1095

Projection de Amis dessous la cendre à Béziers le 6 avril 2024 à 18H à la Cimade.

Le site d’information En Vie à Béziers a projeté le film documentaire AMIS, DESSOUS LA CENDRE. La projection fut suivie d’un débat avec des représentants du collectif Les Amis d’abord qui ont réalisé le film, et des Amis du 24 août 44 des Pyrénées Orientales.

http://gimenologues.org/spip.php?article1094

RÉGÉNÉRATION n° 34. printemps 2024 : Contre toutes les oppressions, contre toute servitude

éditorial, du n° 34, pour lire le PDF du journal, c’est ici !

Un formidable héritage !

Sous le flux des relations virtuelles qui l’organisent, le monde contemporain souffre d’une vaste accumulation de problèmes, dont les solutions envisagées par les tenants du système qui les produit consistent, pour l’essentiel, en une aberrante fuite en avant.

Des guerres d’Ukraine et de Palestine jusqu’aux Jeux Olympiques, un monstrueux dé- ploiement de technologies dernier cri ne parvient à surpasser l’antique Rome du Panem et circenses que par la médiocrité de pensée, nourrie de stupide suffisance, des classes dirigeantes.

Dépouillés de nos propres existences, nous sommes plusieurs milliards d’êtres humains soumis, et consentants pour beaucoup, à une maigre bande de misérables prédateurs. Celle qui domine, gouverne et exploite en détruisant, pour entretenir des mégalomanies et assouvir ses soifs maladives de puissance assise sur les armes. Au- tant de cons malfaisants qui croient que l’on peut être à force d’avoir.

Les éclats d’or et de diamants de ses colossales fortunes n’y peuvent rien, ce monde est en faillite. Le voici au bord d’un effondrement dont celui de l’ex URSS pourrait bien avoir été le modèle. Mais le prix risque aujourd’hui d’être bien plus élevé. Pour ne pas périr au milieu des ruines, il nous faut anticiper sur la chute. Intensifier ce qui en se manifestant déjà à petite échelle lézarde les fondations, en dépit des artifices gouvernementaux qui tendent à réduire le bas de la pyramide sociale à l’état de troupeau obéissant.

Si, au cours des mouvements sociaux des dernières années, c’est à l’encontre des Gilets jaunes et des oppositions à l’accaparement de l’eau par l’agro-industrie que la répression s’est montrée la plus féroce, c’est bien parce que le territoire est un enjeu déterminant dans le conflit qui oppose fondamentalement la fraction des propriétaires du monde et les foules dominées, opprimées, dépossédées, enchaînées à l’organisation capitaliste.

Ancrage territorial et action directe sont les caractères essentiels d’une suite qui va des Sans culotte aux Gilets jaunes, en passant par les Bourses du Travail. Nous devons à ces dernières la conceptualisation pratique du syndicalisme révolutionnaire et de la Grève générale. Formidable héritage qu’il est grand temps de réactiver. Pour que le monde futur que nous souhaitons ait quelque chance de voir le jour, il faut commencer à le construire, à l’organiser ici et maintenant !

Salut et Fraternité

LÉNINE, LE DICTATEUR

Etudier la période de 1917 à 1922, en Russie, c’est se pencher sur la période qui s’étend de la prise de pouvoir en 1917 à la fin de la participation active de Lénine au gouvernement en 1922. De quoi le léninisme est-il le nom ? Et bien c’est le procédé qui a consisté à imposer à la majorité, la domination d’une minorité. C’est la méthode qui a liquidé toute opposition en emprisonnant, tuant et déportant les Sociaux-Révolutionnaires, les Anarchistes et les Mencheviks, notamment. Ces opposants à Lénine représentaient pourtant des portions importantes de la masse révolutionnaire. Bref, le léninisme, c’est la liquidation des partis et des groupes d’opposition organisée ; c’est l’histoire d’un groupe d’hommes décidé à s’emparer du pouvoir exclusif en Russie en s’attaquant à d’autres révolutionnaires.

Lire la suite dans le journal Le Libertaire : https://le-libertaire.net/lenine-le-dictateur/